Slow travel - gerupuk, lombok, indonésie en porte bébé ergobaby

Au rythme du Slow Travel

voyager avec des enfants, voyager lentement

Avec des enfants, on est contraint et forcé de voyager plus doucement, de faire le tri entre les activités qu’on va pouvoir faire, les lieux qu’on va pouvoir visiter et ceux auxquels il va falloir renoncer si l’on veut passer un séjour serein. Mais si justement voyager doucement, c’était voyager vraiment ? Et si on voyait moins de choses mais qu’on les vivait mieux ? Et si on adoptait le Slow Travel ? En plus, ça sonne mieux que de dire qu’on voyage à 2km à l’heure à cause des petits. Mais c’est quoi exactement le Slow Travel ?

slow travel citation kipling
Le slow travel, un état d’esprit

Le Slow Travel (ou Slow Tourisme), comme son nom l’indique, est une façon de voyager basée sur la simple idée de prendre son temps.  A la maison, le matin, c’est la course : les enfants s’attardent au petit déjeuner, ils traînent à mettre leurs chaussures, ils clampinent sur la route… Vous perdez patience. Il faut amener le petit à la crèche, déposer la grande à l’école, courir dans les couloirs du métro et arriver essoufflé au boulot. Et là, on vous demande d’être efficace, performant, productif… Rapide quoi. Alors que tout doit aller vite (trop vite) dans notre quotidien, savoir prendre son temps devient un luxe. Alors devenons des Slow Travellers pendant nos vacances. Et ça tombe bien, les enfants vont nous y pousser.

Nous allons pouvoir savourer chaque petit moment de bonheur simple. Je ne le répèterai jamais assez : « le trajet fait partie du voyage ». Ne gâchez pas votre plaisir de voyager en anticipant votre arrivée. Appréciez le moment présent. Vivez chaque instant.

l’antithèse de la formule tout compris

Ne restez plus une ou deux nuits dans un hôtel avant de repartir ailleurs. Choisissez des structures à taille humaine. Visitez les lieux fréquentés par les locaux sans forcément suivre les guides touristiques. Prenez les itinéraires bis en écoutant les habitants. Renoncez aux agences de voyages qui vous offrent tout sur un plateau. Personnellement, nous sommes partis en voyage de noces en Tanzanie. Bien que sur mesure, le voyage était organisé, planifié par quelqu’un d’autre que nous. Nous n’étions plus acteurs. Evidemment, c’était magnifique, reposant, fluide, sans heurt mais je ne crois pas que ce soit mon meilleur souvenir de voyage. Avant de partir, faites confiance aux « slow travellers » de votre entourage (et à nos parents voyageurs), écoutez leurs expériences, leurs Must, leurs Don’t et leurs Best souvenirs. Posez-vous également la question : a-t-on besoin d’aller au bout du monde pour être dépaysé ? Pourquoi ne pas envisager des vacances à l’échelle d’une région ou d’une ville ?

et si l’on ne bougez pas ?

Et si vous voulez aller plus loin, partez mais ne vous déplacez plus, restez sur place, loin des circuits touristiques. Levez-vous tard… OK, ça, ce n’est pas possible quand on a des enfants réglés comme des pendules sur 7h30. Et encore on s’en sort bien, j’en connais qui sont encore plus matinaux. Si vous avez la chance d’avoir des enfants qui font encore la sieste, ne vous dites plus que vous êtes coincés mais profitez en pour vous reposer vous aussi. Prenez un verre sur la terrasse, fermez paisiblement les yeux, enfilez une paire de lunettes noires et abaissez légèrement votre panama… Ahhh… Est-ce que vous sentez les rayons du soleil vous lécher délicatement le visage ? Je vous conseille d’ailleurs, si vous partez au soleil, de choisir un hébergement avec terrasse, jardin ou piscine pour profiter pleinement de ces heures de répit que représente la sieste.

Evidemment, aller à l’autre bout du monde pour ne se contenter que d’un ou deux endroits pourrait sembler frustrant. Et avec 5 semaines de congés par an, on a tendance à vouloir en faire le maximum en un minimum de temps. Rappelez-vous que vous avez des enfants. Et que vous allez être obligés de respecter (en partie) leur rythme si vous voulez que la joie et la bonne humeur règnent sur vos vacances. Privilégiez la qualité à la quantité.

prenez le temps de la rencontre

Les enfants sont un formidable moyen de faire de belles rencontres. Quand ils sont petits, ils sont attendrissants. Quand ils grandissent, ils sont curieux de tout et posent plein de questions à de parfaits inconnus. Je me souviens de notre voyage en Indonésie. Nous étions dans le petit village de Gerupuk au fin fond de l’île de Lombok. Nous portions notre fille en porte-bébé dans le dos. Les habitants nous regardaient arriver de face et nous considéraient comme de simples touristes. Puis, de dos, dès qu’ils apercevaient notre fille dans le porte-bébé, ils venaient nous voir, nous apostrophez. Les femmes venaient nous présenter leurs bébés, nous posaient des questions sur notre fille, la comparaient aux leurs… Les fillettes, accompagnées de leurs petits frères et soeurs, venaient la voir puis jouer avec elle. Mais de telles rencontres spontanées ne sont possibles que si l’on prend le temps de flâner, de déambuler et de passer par là où les gens vivent vraiment. Certaines opportunités ne se présentent que lorsqu’on est disponible à les recevoir.

Slow Travel - Gerupuk, Lombok, Indonésie en porte-bébé ergobaby

Laissez place à l’improvisation

Ah ah ! Avec des enfants, cette phrase vous semble absurde, ridicule. Mais être un slow-traveller c’est se laisser aller à l’imprévu dans des voyages un peu désorganisés. J’ai bien dit UN PEU désorganisés, pas trop quand même. Mais si on a le temps, si on n’est pas pressé, on peut laisser place à l’improvisation. Si tout n’est pas planifié à l’avance, on peut rester plus longtemps là où on se sent bien, écourter d’autres stops, s’adapter au rythme des enfants et se déplacer au gré de nos envies. Un programme étriqué ne laissera pas beaucoup de place à l’imprévu.

On peut être au bord de la panne sèche à 50km de la prochaine station essence (done), se trouver à court de cash au fin fond de nulle part (done), laisser le chapeau de bébé dans le taxi en plein midi (done), oublier sa sucette à l’hôtel alors qu’il est affamé (done), abandonner son doudou préféré dans l’avion (done). Et pourtant, les façons dont on va s’en sortir et les gens qui vont nous aider peuvent devenir de jolies surprises et nos meilleurs souvenirs.

Les enfants et la lenteur donne un autre sens au voyage où l’exotisme n’est pas forcément nécessaire. Tout ça me rappelle un périple à vélo en Bretagne avec amis et enfants. En 4 jours, nous avons parcouru moins de 150 km. De vrais Slow Bikers. Il faudra que je vous raconte ça. Je vais également être obligée de vous en dire plus sur notre voyage en Indonésie. Ce sera dans de prochains épisodes…

Pour en savoir plus sur le Slow Movement

Découvrez des villes en mode Slow : Berlin,  BarceloneEurope

Et vous ? Vous êtes plutôt Slow ou Speed en vacances ?
Publicités

Une réflexion sur “Au rythme du Slow Travel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s